Un de mes écrits.

Je m'appelle Stéphanie HANIER, j'ai 16 ans et je suis élève au lycée Jean-de-la-Fontaine à Château-Thierry.

J'ai participé, comme mes camarades de classe, au !concours de la Résistance et de la Déportation.

Voici lecture de mon devoir qui évoque à travers un évènement local ; la déportation.

 

"Je suis Monsieur ESTRUCH. J'ai été déporté dans trois forteresses qui sont: Karlsruhe, Francfort et Saint-Georges-Bayreuth.

Je vais vous parler de la déportation. Je suis Républicain-Espagnol.

En février 1939, je suis arrivé en France. J'ai été arrêté en 1943. Pour moi, la guerre a toujours existé.

Nous avons vu souffrir nos camarades ou souffert nous-même des crimes inspirés par le nazisme et l'antisémitisme. Nous ne pouvons admettre que des hommes refusent à d'autres hommes, le droit à la différence, sans aucune espèce de distinction, origine, couleur de peau, nationalité, langue ou religion.

Quand je vois un immigré, je suis triste. Je le regarde et je me dis qu'après tout, il est responsable de son choix."

Les yeux de ce monsieur brillaient et moi je ne savais que penser.

Il reprend :

"je voudrais vous raconter une histoire qui montre le courage mais qui me donne des frissons.

La lettre d'un enfant, écrite à son frère et lancée d'un wagon. Il avait un crayon dans sa poche et une feuille...

Cet enfant est parti, un jour de 1942, confiant en l'humanité pour...ne jamais revenir.

Le 19 juillet 1942, le long de la voie ferrée, près du passage à niveau de Fossoy, monsieur et madame CARRON se trouvaient là. Un train passe...Les portières sont plombées, une lettre tombe. La dame la ramasse et l'envoie à l'adresse indiquée en mettant au dos de l'enveloppe son adresse, sans se soucier de la dénonciation qui aurait pu arriver.

Madame CARRON a eu du courage, l'adresse qu'elle a mise au dos de l'enveloppe aurait pu lui causer des problèmes. La gestapo aurait pu venir l'arrêter, la faire déporter à son tour, car ce geste signifiait qu'elle prenait parti des déportés contre l'ordre nazi qui régnait alors en France.

"Phornium tenax, Phornium tenax, Phornium tenax...". Sur cette feuille d'écolier, au bas de cette punition de latin, Maurice a pu griffonner quelques mots pour son frère qui était resté à Paris.

Les voici :

"je remercie mille fois la personne qui pourra faire parvenir ce mot à l'adresse indiquée.

Un jeune de seize ans qui écrit à son frère de onze ans."

Voici le contenu de la lettre :

"on m'emmène vers l'Est comme beaucoup d'autres, pour travailler. J'espère que tu vas bien ainsi que grand-mère. Aussitôt que je pourrai te donner de mes nouvelles, je le ferai. Je t'embrasse très fort ainsi que toute la famille."

Un message courageux, plein d'espoir, d'un enfant qui croyait revenir.

C'était son dernier message de vie, jeté d'un train de...la mort.

L'adolescent, interné le 16 juillet 1942 à Drancy, ignorait encore la déstination du train qui l'emmenait loin de Paris. Le voyage sans retour s'est arrêté à Auschwitz.

Je vous raconte cette histoire en éprouvant de la tristesse.

Cette arrestation honteuse de tous les juifs fut effectuée par la police française en 1942. Les nazis leur avaient demandé d'arrêter les juifs à partir de six ans. Ils les ont remis aux autorités Allemandes et en plus la police française a arrêté les femmes et les enfants ! Quel sinistre zèle ! Maurice était parmi ces gens. La police française est venue à son domicile, proche de la place de la Bastille, pour arrêter toute sa famille. Mais ce ne sont pas des malfaiteurs, juste des juifs-français."

J'essaye d'imaginer ce moment et de me mettre à la place de cet adolescent qui a mon âge.

"En juillet 1991, on fête les retrouveilles de deux familles unies par la guerre. Le long de la voie ferrée de Fossoy, de nombreuses personnes qui se sont déplacées, retiennent difficilement leurs larmes.

Des souvenirs vieux de quarante-huit ans reviennent à la mémoire de beaucoup. Madame CARRON se souvient du train, des signes pour attirer son attention, de la lettre lancée par la portière du wagon plombé.

Cette femme avait vingt-trois ans. Jacques imagine son frère lançant le message, plein d'espoir.

La S.N.C.F. s'est associée à la cérémonie du souvenir. Le train s'approche et longe la foule. Jacques et madame CARRON ont pu se rencontrer. Les larmes coulaient sur leur visage.

Jacques prononce un discourt qui commence par ces mots : " Je suis français, d'origine juive""

Il retrace son histoire. La voici :

"En france, le gouvernement de Vichy, sans attendre les ordres de Hitler, prend des lois contre les juifs, à partir de 27 septembre 1940. Quelle honte pour le gouvernement français de cette époque ! Tous les juifs devaient se présenter au commissariat pour faire état de leurs origines. Le 29 mai 1942, une autre loi les oblige à porter l'étoile jaune dès l'âge de six ans. Elle doit être cousue solidement et non épinglée."

C'est une histoire bouleversante, je la vivais tout au long de ses commentaires et je suis arrivée à me mettre à la place de ce jeune de 16 ans et de madame CARRON.

La joie de Jacques et madame CARRON, leurs larmes m'ont beaucoup touchée.

Je ne sais pas comment j'aurais fait à la place de Maurice. Est-ce-que j'aurais envoyé une lettre ?

Même si je ne peux imaginer ce que j'aurais fait, je sais que ces évènements se sont produits, ce qui les a amenés et je ferai tout pour qu'ils ne se reproduisent plus jamais !

Monsieur CELISET conclut ainsi :

"A la jeunesse de France, enfin, des amis et moi qui ont vécu ça, nous disons notre confiance en lui rappelant qu'elle est dépositaire et responsable de son avenir et de celui de la patrie."

 

J'ai eu le premier prix du concours départemental de la Résistance.

J'ai pu lire mon devoir sur la place du marché de Château-Thierry devant plus de trois cents personnes.

Commentaires (1)

1. Selly (site web) 22/06/2010

félicitations! c'était très touchant ma Fanny!
bisous

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×